Forum RP Test/ Ne pas s'inscrire
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un bain d'eau séant...

Aller en bas 
AuteurMessage
Youka
Maître du Jeu/Admin Vagabond
avatar

Masculin
Nombre de messages : 54
Age : 32
Âge du personnage : Inconnu
Divinitée Protectrice : Némésis
Alignement : Neutre
Personnalité :
77 / 10077 / 100

Date d'inscription : 31/10/2007

Feuille de personnage
HP:
3500/3500  (3500/3500)
Mana:
0/0  (0/0)
Point d'expérience:
0/7000  (0/7000)

MessageSujet: Un bain d'eau séant...   Dim 18 Mai - 14:08

*...Avant un bain dans l'amer ?*

« Je l'espère en tout cas, c'est pas tout ça mais j'ai soif...»

Se dit le vaillant Youka in petto comme il entre dans une salle de bain qui n'est pas sans évoquer une piscine olympique croisée avec un aqualand... Au point que le premier réflexe en arrivant est de chercher les sauveteurs...

Mais sa conscience professionnelle sans égale le rappelle immédiatement à l'ordre...


« Avant tout chère et tendre inconnue... J'aimerais savoir un certain nombre de choses que vous pourrez sans peine m'apprendre, je n'en doute pas... »

Son regard se fait plus dur...

« Pour commencer... Où suis-je ? »


Youka

Simple touriste...


Dernière édition par Youka le Jeu 29 Mai - 1:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elvanshalee
Souveraine maléfique
Souveraine maléfique
avatar

Féminin
Nombre de messages : 21
Age : 38
Personnalité :
0 / 1000 / 100

Date d'inscription : 12/09/2007

Feuille de personnage
HP:
2500/2500  (2500/2500)
Mana:
4600/4600  (4600/4600)
Point d'expérience:
6000/6000  (6000/6000)

MessageSujet: Re: Un bain d'eau séant...   Dim 18 Mai - 21:43

Sa royale souveraine entraîna sa proie aux abords des roches brûlantes dégageant une fumée opaque doucereuse. La chaleur environnante, mêlée au doux parfum aphrodisiaque de sa création, poussait toute personne censée à se dévêtir immédiatement. Mais pour l'instant, Elvanshalee n'en était pas encore à ce point. Désireuse de profiter du moment présent, son séant magnifique se posa confortablement au bord de l'eau, ses pieds nus plongeant au cœur du liquide bouillonnant et sa paume caressant son épaisse chevelure argentée. Ecoutant les propos de son invité avec délectation, un sourire intéressé se dessina au coin de ses lèvres pulpeuses. D'un claquement de doigt, trois exquises servantes s'agenouillèrent devant elle, en attente d'un ordre impérieux.

"Apportez à mon invité des étoffes qui remplaceront ses loques brûlées par l'acide de mon Sùrion. Un veston taillé avec la soie noire que je garde secrète ainsi qu'un pantalon de couleur jais. Ainsi, il pourra être protégé par ses étoffes tant recherchées que je protège avec poigne. Une fois que tout est prêt, vous attendrez mes ordres pour me déranger."

Désireuse de se faire bien voir par leur maîtresse, les servantes s’inclinèrent respectueusement avant de se retirer, laissant les amants d'un soir en tête à tête. Félinement, la somptueuse Reine retira le manteau abimé du scientifique et le posa au sol. Déterminée à ce qu'il soit son espion, Elvanshalee utiliserait ses prouesses érotiques afin que Youka ne puisse refuser une telle offre. Mais avant de pouvoir passer un moment délectable, la chef des drows répondrait à sa question et à toutes les autres. Etant un être originaire d'un autre monde, sa connaissance sur son domaine et toutes terres avoisinantes, restait un parfais mystère.
Et si celui-ci devait la renseigner et agir telle son ombre, elle l'aiderait jusqu'à ce que Youka connaisse Arckalésia.


"Tu te trouves dans un monde parallèle au tiens, régit par la magie et des conflits incessants entre les elfes, les humains et des créatures magiques déchues. Beaucoup d'entre nous possède pratiquement à sa naissance une entité qui partage son âme et qui permet de faire un tout. Ces entités sont appelées des Sùrions. La veuve noire qui a voulu te dévorer en fait partie.
Nous formons une symbiose : si l'un de nous meurt, l'entité meurt."





Dernière édition par Elvanshalee le Lun 19 Mai - 21:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Youka
Maître du Jeu/Admin Vagabond
avatar

Masculin
Nombre de messages : 54
Age : 32
Âge du personnage : Inconnu
Divinitée Protectrice : Némésis
Alignement : Neutre
Personnalité :
77 / 10077 / 100

Date d'inscription : 31/10/2007

Feuille de personnage
HP:
3500/3500  (3500/3500)
Mana:
0/0  (0/0)
Point d'expérience:
0/7000  (0/7000)

MessageSujet: Re: Un bain d'eau séant...   Dim 18 Mai - 22:40

*L'étranger écouta patiemment la Reine tandis qu'on prenait ses mesures pour lui confectionner de nouveaux habits... Ainsi donc il se trouvait dans un monde parallèle.*

"Et avez-vous la moindre idée de la façon dont je me suis retrouvé ici ?
Pourquoi moi ? Pourquoi dans ce donjon puant avec ce lézard ridicule ?


*Il cessa un instant pour dévisager son hôtesse...*

"Et surtout... Savez-vous par quel moyen il me serait possible de retourner chez moi ?

*Tout en vidant ses poches pour se débarrasser de ses hardes, il alluma machinalement une cigarette...*

"Non pas que votre compagnie me soit désagréable, chère et tendre. Bien au contraire..."

*Dit-il, toujours soucieux qu'il était de ménager la susceptibilité de sa "geôlière"...*




Youka

Simple touriste...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elvanshalee
Souveraine maléfique
Souveraine maléfique
avatar

Féminin
Nombre de messages : 21
Age : 38
Personnalité :
0 / 1000 / 100

Date d'inscription : 12/09/2007

Feuille de personnage
HP:
2500/2500  (2500/2500)
Mana:
4600/4600  (4600/4600)
Point d'expérience:
6000/6000  (6000/6000)

MessageSujet: Re: Un bain d'eau séant...   Mar 20 Mai - 0:00

Aspirant avec délice l'odeur parfumant agréablement sa source d'eau chaude personnelle, sa majesté se perdait dans un mélange exquis des sens. Ecoutant d'une oreille discrète les propos de son "dîner", la souveraine se retenait de devenir l'amante féline jouant avec sa proie. Ses doigts se posèrent contre son torse, s'attardant sur les lignes bien dessinées de ses pectoraux. Elvanshalee ne faisait que tâter la marchandise afin de s'assurer qu'elle ne se trompait pas en lui permettant de la faire crier. En toute bonne connaisseuse, sa découverte fit esquisser sur ses lèvres un sourire plein de sous entendus, qui exprimait ses intentions de plonger au cœur de l'eau, l'entraînant à sa suite. Mais avant, en tout digne matrone, elle répondrait à ses questions, mettant de côté ses envies de luxure.

"Je ne peux pas répondre à toute tes questions. Je connais de nombreuses sciences sur la magie noire et son fonctionnement mais ton arrivée improbable dans l'antre du dragon reste pour moi une énigme. Habituellement, les mortels apparaissant ici viennent du portail magique reliant les mondes mais pour ton cas, c'est différent. Une force maléfique ou un bouleversement a dû créer une cassure dans l'équilibre naturel de la magie, t'aspirant ici. Un court silence se fit, le temps que la somptueuse Reine recherche les mots pour la suite de ses propos. Je crains que tu ne puisses jamais revenir d'où tu viens. La porte qui relie les mondes ne permet le passage que d'un côté et seulement quelques créatures possèdent la connaissance magique pour réussir cet exploit."

Ne pouvant attendre plus longtemps de se régaler du met exquis et du goût de son corps, les lèvres pulpeuses d'Elvanshalee croquèrent les lobes d'oreilles du scientifique et sa main droite partie en une descente vertigineuse contre les vallons de son torse musclé. Se faisant parfois pressente, parfois langoureuse, ses paumes attiser tout homme à vouloir que sa bouche s'attarde sur leur intimité. Mais Elvanshalee adorait les faire languir lorsqu'elle jouait de ses courbes et de son talent.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Youka
Maître du Jeu/Admin Vagabond
avatar

Masculin
Nombre de messages : 54
Age : 32
Âge du personnage : Inconnu
Divinitée Protectrice : Némésis
Alignement : Neutre
Personnalité :
77 / 10077 / 100

Date d'inscription : 31/10/2007

Feuille de personnage
HP:
3500/3500  (3500/3500)
Mana:
0/0  (0/0)
Point d'expérience:
0/7000  (0/7000)

MessageSujet: Re: Un bain d'eau séant...   Dim 25 Mai - 19:00

*Conscient que sa noble personne au physique avenant et à la musculature surdéveloppée n'est pas sans éveiller des pulsions homophages chez la mégère, Youka est néanmoins surpris par son apparente voracité...
En homme du monde avec un grand H et plein de testostérone, il s'empresse de répondre à ses avances comme il sied, à grand coup de paluche vagabonde et de galoche parisienne old-fashionned...

Et puis bon ce qui devait arriver arrive, il finit donc par ressentir comme qui dirait, des picotements dans le creux des lombes...
Il pousse donc plus avant ses fouilles au corps, découvrant sans pudeur aucune des galbes gracieuses et des formes racées. La chaleur de la pièce aidant, une douce torpeur envahit leurs esprits réveillant en eux un animal à l'inextinguible soif de stupre et de luxure.

En cet instant béni, le chercheur enlève ses...WOOOOOH STOP vous vous croyez chez Sade ou quoi ?

Bien qu'étant le premier à reconnaitre que le moment d'intimité à venir sera de toute première force, pour ne pas dire de haute volée... Le narrateur est également le premier à concevoir tout ce qu'il y a d'embarrassant à s'exposer ainsi à la vue du premier boutonneux venu...

Mais alors vous direz-vous, comment donc cet imbécile (c'est moi) espère se sortir de cette nymph...de ce guêpier...
Il n'oserait quand même pas faire l'impasse sur la scène et parler d'autre chose ?
Et bien tenez vous bien (tenez-vous mieux !) : SI !

Névropathes, névrosés, sexopathes, sexe aux genoux !
Il y a longtemps, que je guettais une bonne occasion de parler de sexe. Eh bien cette occasion est venue : la seule présence en ces lieux d'une nymphowoman patentée, pas mal tentante aussi, a pourtant relégué en moi toute velléité d'exhiber ici mes moindres pulsions zigounettophiles ou piloupileuses.
D'aucuns ne sauraient trop conseiller à la Reine des drows de consulter sans tarder un sexologue... Qu'ils se taisent à jamais !
Le sexologue, mesdames et messieurs, est à l'amour ce que le péage est aux autoroutes. Supprimons le péage, ça ne nous empêche pas de rouler. Supprimons le sexologue, ça ne nous empêchera pas de baiser !

L'amour, mesdames et messieurs, ils y a ceux qui en parlent, et ceux qui le font... A partir de quoi il m'apparait urgent de me taire au profit de l'action qui se déroule derrière le voile pudique de la narration elliptique...

Ou bien alors, parlons de l'amour oui, mais sur un ton plus noble, pas Soubirous la niaise :
Débarrassons nous pour un temps de l'étouffante enveloppe charnelle où s'ébroue sans répit la bête ignominieuse aux pulsions innommables, dont l'impérieux désir, jamais assouvi, attise de son souffle obscène la flamme sacrée de l'idylle tendre dont il ne reste rien que ce tison brandi qui s'enfonce en enfer avant que ne s'y noie son éphémère extase qui nous laisse avachis sur ces lits de misère où les cœurs ne jouent plus qu'à battre sans vibrer pour pomper l'air vicié mécaniquement des hôtels insalubres où la viande a vaincu l'amour !

Ad majorem dei gloriam ! Pour la plus grande gloire de dieu mes biens chers frères !
Portons ensemble vers d'autres cimes notre quéqu... notre quête de l'amour. Laissons le grand singe sinocéphale du zoo de Vincenne chercher la ptite bête sous les poils de la grosse, et penchons nous sur l'amour avec un A aussi majuscule qu'un quatrain de Ronsard dans le cou de Cassandre...

Car l'amour en son temps, eut ses chantres... Avant que de sombrer dans la triperie et la parapsychologie de latrines ou Freud l'a clouée...
(Je dois dire qu'en matière de mauvaise foi je m'étonne moi-même parfois...)
Mais avant lui, avant cette ère de matérialisme corrompu où la main de l'homme ne prend plus que son pied, avant ses semblables et les écrivains de pissotières qui le suivent la queue sous le bras, il y eut Shakespeare, Racine, Aragon et même Jean Genêt qui a toujours su faire éclore les plus fragiles pervenches sous la frange et sous la boue de ses turpitudes...

Roméo et Juliette, Tristan et Yseult, Porgy and Beth, Laurel et Hardy...
Aaah ! Roméo et Juliette, en voici deux qui surent s'aimer sans le secours du sexologue, et sans qu'il fût jamais besoin de leur disséquer le Kamasutra ou les aventures de cunnilingus au pays des cramouilles...
Ah petits enfants de France qui me lisez (Z'êtes gonflés quand même...) avant que ne vous souillent les apologues de la chair dans les falecultés caleçonnières de vos lendemains sans amours...
Laissez-moi vous conter la belle et sombre histoire de Roméo et Juliette, car c'est avant tout un drame atroce...

Personnellement ça m'fait rire mais c'est nerveux !
Tous les drames atroces me font rire, je viens d'ailleurs de perdre tout ce et tous ceux que je connaissais dans un accident de monde parallèle... J'en ris encore !!

L'histoire de Roméo Roux et de Juliette Combaluzier a fait l'objet d'un drame en 5 actes de William Shakespeare mais on peut raisonnablement douter de la véracité des faits tels que nous les rapporte cet auteur anglais dont on sait fort peu de choses. En effet si l'on connait avec précision la date de la mort de Shakespeare, on ne sait pas s'il est né... Alors qu'Adolf Hitler, par exemple, c'est le contraire... Là s'arrête d'ailleurs la comparaison entre ces deux hommes :
Autant Shakespeare était bon et respecté de tous, autant Hitler était mauvais... Et respecté de tous également... (Et un point Godwin pour le Narrateur !)

La place qui m'est impartie ici entre la péroraison psychoanalytique, et la minute d'expression corporelle censurée qui pour des raisons dont Youka est extrêmement fier se prolonge sur de longues heures...*


"Justement à ce propos... Je voudrais pas te briser ta verve mais s'agirait de pas oublier complètement qui c'est le héros ici parce que les digressions à la mort-moi le *** ça va bien 30 sec..."

*Hum désolé Youka... Patapé !
Donc comment dire... Le chercheur et la souveraine sont actuellement au beau milieu d'une étreinte passionnée, ardente et magnifique...
D'une intensité comme on en voit pas tous les jours dans sa vie... Si c'était du vent on pourrait dire d'une intensité force 8 à 9 Beaufort, mais justement c'est pas du vent !

Youka se prodigue sans compter et sans fatigue apparente, à la grande joie de sa compagne, d'une nuit qui n'en espérait pas tant... etc etc.
Ça va là ou il faut aussi faire un schéma de la posture ?*


"C'est bon merci. Maintenant fous-moi la paix, ça me déconcentre..."

*Bref disais-je avant d'être grossièrement interrompu par la personne la plus géniale que je connaisse, et la seule à qui j'autorise de tels dépassements... C'est à dire moi, enfin lui...
Cette place, hélas, ne m'autorise pas à vous narrer par le menu les détails douloureux du drame atroce de Roméo Delafont et de Juliette Jacob.
En résumé, on peut dire que l'action se déroule en Vénétie avant la mort de Shakespeare.
Juliette Rivoire et Roméo Carret s'aiment éperdument d'un amour inconditionnel et indestructible...

Ils s'aimaient tant que quand Roméo prenait froid, Juliette toussait. Quand Juliette avait le cancer du genou, Roméo se faisait amputer la jambe. Quand Roméo gagnait le tour de France, Juliette endossait le maillot jaune.
(Bon ok, il gagnait rarement le tour de France... Essayez avec une seule patte, vous verrez !)
Bref, c'était d'un amour ardent et majuscule mais la haine qui opposait leurs familles réciproques, les Montacu et les Tenculet était tout aussi incommensurable comme nous le montre la terrible scène 2 du premier acte, dans laquelle Simone de Rivoire, la mère de Juliette exprime à sa fille son opposition formelle à l'union des deux jeunes gens :

"My living room (moi vivante !) that shall not gouzi-gouzi with this boy ! (tu ne coucheras pas avec ce garçon) Even in pot ! (même en copain !)"

*Ce à quoi la malheureuse Juliette, au risque de se fâcher à tout jamais avec sa famille adorée, ne peut que répondre par ce cri :

"- Ain maï bottome, izite some chikeun ? (Hey mon kiou, çay du poulay ?)
- But, God tripot myself ! (mais dieu me bénisse) Juliet my Dear, you should have known that Capulet don't copulate (tu devrais savoir qu'on ne couche pas avec un Capulet)
- You know what they say to you the Capulets ? (tu sais c'qui t'disent les Capulets?)"


*Ô drame atroce de l'amour impossible, ô douleur cruelle qui te fît périr Juliette, car la pauvre biche sût dès cet instant qu'elle allait mourir... Oui la pauvre biche le sait (Yes Bambino know ! ... J'ai honte de moi mais tout le monde connait la triste histoire de ce pauvre écrivain africain lisant au fronton d'une pharmacie : Homéopathie et s'écriant : AAH 'Oméo pa'ti, pov'e Juliette !

*SBAFF !* "Tu l'as pas volée celle-là, con de narrateur !")

"Merdias merdum et omnia merdas !" (Ah Barbara, quelle connerie la guerre...) Dit Roméo apprenant le suicide de Juliette le jour même à l'heure du déjeuner...
Désespéré, Roméo se laisse aller à toutes les débauches pour tenter d'oublier... De déchéances en déchéances, il s'adonna d'abord à la boisson puis aux drogues douces puis aux drogues dures, devenant tour à tour voleur d'enfants, trafiquant d'héroïne et finalement abonné au journal le monde (le poids de l'ennui, le choc des paupières, vlaouf !)
Ainsi donc s'achève la tragique idylle de Roméo et Juliette...

Ne sachant plus quoi inventer pour tenir en haleine le lecteur, autant que pour le tenir à l'écart de la scène porno sus-mentionnée, je me vois donc contraint de faire un tour dans les pensées de Youka tandis qu'il besogne à tour de bras et que la nuit fait place au jour depuis déjà quelques heures...


**...Hop, un coup pour ceux qui sont tombés à Marignan. Hop, un coup pour les bonapartistes qui avaient les pieds dans la Volga, et encore un pour ceux qui sont tombés dans les tranchées de Verdun...
Elle avait un sacré coup de rein au début... Mais elle a l'air de fatiguer un peu là... On va faire comme si le compte était bon... Allez Zou...**


*voix carrément monocorde* "C'était merveilleux, ma Reine de beauté... Je n'ai jamais connu telle fougue auparavant..."

*Pour ponctuer cette éminente déclaration, le chercheur se saisit d'une cigarette qu'il allume... Et non il ne conclut pas par "Alors heureuse ?", parce qu'il y a des limites aux lieux communs...*

**Bon...Et maintenant...?** *Se dit-il avec une pertinence si remarquable qu'on voit tout de suite à quel point c'est un grand homme qui se tient en ce lit...*




Youka

Simple touriste...


Dernière édition par Youka le Jeu 29 Mai - 1:31, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elvanshalee
Souveraine maléfique
Souveraine maléfique
avatar

Féminin
Nombre de messages : 21
Age : 38
Personnalité :
0 / 1000 / 100

Date d'inscription : 12/09/2007

Feuille de personnage
HP:
2500/2500  (2500/2500)
Mana:
4600/4600  (4600/4600)
Point d'expérience:
6000/6000  (6000/6000)

MessageSujet: Re: Un bain d'eau séant...   Lun 26 Mai - 0:00

L'eau était chaude et parfumée et les effluves enivrants qui s'en échappaient enveloppaient Elvanshalee d'une atmosphère qui décuplait ses sens.
Cette drogue dont elle avait seule le secret se distillait parfaitement dans l'eau et exhalait des vapeurs hautement aphrodisiaques...

La Reine Drow baignait donc dans ce liquide exquis, près de son amant qui n'était pas en reste. La drogue faisant effet sur lui également, il ne cessait de parcourir son corps de gestes tous plus indécents que les autres, que la Reine accueillait avec toujours plus d'avidité. Elle avait soif de plaisir, soif de ce désir qui s'épanchait en elle...

En réalité, la Reine Drow accueillait peu de mâles au sein de sa tour d'ivoire. Etait-ce par crainte, par respect qu'aucun homme n'osait s'aventurer en ces lieux ? La Reine penchait plutôt pour la première solution et elle en était fort aise. Elle n'aurait pu supporter qu'un homme de rien ait l'insigne honneur de partager sa royale et délicieuse compagnie mais aussi dangereuse.

Tandis que le délicieux Youka s'affairait de ses mains à lui donner du plaisir, la Reine faisait couler son sang, en le mordant assez profondément, tachant de rouge l'eau mousseuse du bain. Il ne sentait presque rien. Les vapeurs aphrodisiaques étaient également anesthésiantes et ne décuplaient que la force du désir et l'intensité du plaisir.

« J'aime le goût de ton sang, étranger...» Susurra-t-elle en un grincement insoutenable.

Mais le chercheur, soit qu'il commença à ressentir le mal, soit qu'il fut alarmé par la vue du sang, se détacha de l'étreinte mortelle de la belle et disparut sous l'eau. Elvanshalee le regarda, amusée, et ressentit soudain sa délicieuse caresse.
Elle gémit et cria, hurla ce plaisir qu'elle éprouvait si rarement.
Il réapparut quelques instants plus tard, trempé et l'observant de ses yeux brillants de désir.

Elle n'était pas en reste de ce côté là non plus. Son œil démoniaque exprimait toutes les variantes de la luxure et du désir.
Après avoir longuement fouillé de sa bouche les aspérités du membre du jeune homme, Elvanshalee décida de mettre fin à son délicieux supplice.


« Si tu ne m'envoie pas au septième ciel, je te dévorerais les entrailles ! »

Elle lui jeta un regard carnassier avant de fondre sur lui tel l'aigle sur sa proie. Elle ne lui laissa pas le temps de prendre les choses en main. Cela dit, elle les prit et la danse des corps pu commencer enfin. La délicieuse attente décupla les sensations de la Reine lorsqu'il entra en elle et elle commença le ballet ondulant de l'amour.

Elle criait son plaisir sans réserve et lorsque le point culminant fut venu, elle se mit à rire. Son rire était démoniaque, dément et malsain. Il résonnait à travers la pièce et ne cessait pas. Youka la fit taire par un voluptueux baiser et reprit le dessus. Contrariée, Elvanshalee le mordit violemment à la lèvre, le faisant saigner. Il riposta et elle le gifla avec force, avant de sortir du bain.


« La partie ne fait que commencer... Ou es-tu déjà épuisé ? »

Elle s'allongea sur son lit, les jambes largement ouvertes, dégoulinante de l'eau du bain, un peu rougie du sang dilué. Se prodiguant à elle même quelques caresses, en l'attendant, elle l'accueillit avec de fougueux baisers et de sérieuses griffures.
Leurs ébats recommencèrent de plus belle et ils varièrent longtemps les plaisirs. Elvanshalee ne perdai
t pas une occasion de le griffer ou de le mordre.

L'infatigable compagnon continuant sa besogne encore et toujours, la Reine Drow finit comme bien souvent par se lasser. Elle diminua ses efforts et Youka le vit bien. Il décida donc d'en finir et s'écroula sur sa partenaire, apparemment satisfait.
Il se redressa, fouilla un moment dans son pantalon qui trainait là et en sortir une poche à tabac. Il commença à rouler une cigarette.


«C'était merveilleux, ma Reine de beauté... Je n'ai jamais connu telle fougue auparavant... »

Elvanshalee éclata d'un rire un peu dément et attrapa le menton de Youka qu'elle tint entre ses ongles. Elle n'était pas dupe de son ton ironique.

« Ne me contrarie pas, bel humain... Sois heureux de m'avoir satisfaite ! »

Elle se leva, superbe dans sa nudité, mouvant ses formes parfaites sur le dallage sans défaut de la chambre. Elle se saisit d'une robe de chambre de soie noire dont elle se drapa.

« Maintenant, tu peux me demander ce que tu veux. »

Elle revint près du lit, soudain câline, ce qui, aux yeux d'un observateur avisé, ne présageait rien de bon. Elle l'embrassa presque avec douceur. Seule sa main, agrippant avec force la nuque du chercheur, trahissait sa vigueur étonnante.

« J'espère bien que tu me reviendras pour une autre soirée de ce genre. Ici, je m'ennuie à mourir. Et mon amant précédent n'est pas revenu depuis plusieurs semaines. »

Apparemment, elle ne faisait pas grand cas de ses amants et ne les cajolaient que lorsqu'ils lui étaient encore utiles...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Youka
Maître du Jeu/Admin Vagabond
avatar

Masculin
Nombre de messages : 54
Age : 32
Âge du personnage : Inconnu
Divinitée Protectrice : Némésis
Alignement : Neutre
Personnalité :
77 / 10077 / 100

Date d'inscription : 31/10/2007

Feuille de personnage
HP:
3500/3500  (3500/3500)
Mana:
0/0  (0/0)
Point d'expérience:
0/7000  (0/7000)

MessageSujet: Re: Un bain d'eau séant...   Mar 14 Oct - 22:31

Youka, le chercheur, se réveilla en sursaut. Son radio-réveil venait de se déclencher, inondant d'informations son cerveau encore embrumé.

"...ce stade, la guerre semble inévitable. Les autorités recommandent aux civils de rester chez eux et de ne pas utiliser leurs téléphones jusqu'à la fin de l'état d'urgence."

Ces mots pénétrèrent dans le cerveau de Youka avec la vitesse et la violence d'un boulet de canon.

"La guerre", murmura-t-il.
Ce simple mot envoya un frisson parcourir son échine, le tirant de sa torpeur et éveillant tous ses sens.

La journée commençait mal. Malgré son courage et son flegme naturel, cette nouvelle brutale l'avait un peu secoué et lui laissait une vague appréhension.


"Cette nouvelle brutale m'a un peu secoué, dit Youka, et me laisse une vague appréhension".

Il hocha la tête, satisfait d'avoir aussi brillamment pu exprimer ce qu'il ressentait.

"Je vais préparer le petit déjeuner."

Il se leva et, en chemin vers la cuisine, passa devant un miroir. Il était affligé d'une terrible malédiction : aucune femme ne prêtait jamais attention à ses traits fins mais virils, tant ses yeux captivants attiraient leur regard.
En ce moment précis, ils avaient la douceur d'une crème de chocolat aux noisettes mais, lorsque Youka se mettait en colère, ils adoptaient la dureté et la détermination d'un morceau de chocolat noir et pur.

Tandis qu'il passait se préparer à faire la cuisine, son ordinateur s'alluma soudain tout seul, affichant un message de son grand ami Morpheus.




C'était un avertissement.
Youka prit alors conscience d'une présence derrière lui. Il se retourna d'un bond, prêt à se défendre.


"- Je vais te tuer !, annonça Sauron en souriant derrière son casque.
- Pas si je te tue avant", répondit Youka en lui décochant un coup de poing.

Sauron recula sous la force de l'impact.
Youka se massa le poing, légèrement endolori après le choc contre l'armure magique hérissée d'épines de Sauron.


"Tes poings ne peuvent rien contre mon armure magique hérissée d'épines, expliqua Sauron. Si tu me frappes, tu vas juste t'endoloriser les poings. Je vais te tuer jusqu'à ce que tu en meures !", ajouta-t-il en se jetant sur Youka, prêt à l'étrangler.

"Cela ne se fait pas d'entrer chez les gens pour les tuer !", rétorqua Youka en esquivant l'attaque. Emporté par son élan, Sauron tomba par terre puis se rétablit par une roulade.

"Et on dit endolorir, pas endoloriser, poursuivit-il. Je crois que tu mérites une bonne correction !"

Sauron jaugea Youka du regard pendant quelques secondes, méditant sur ses sages paroles.



"Il a même fait une blague avec 'correction'", se dit Sauron, impressionné malgré lui.

Enfin, il parvint à trouver une réponse qui lui permettrait de sauver la face :


"Peut-être as-tu des poings, la langue française et l'étiquette de ton côté, Youka le chercheur..., finit-il par dire. Mais j'ai une épée maléfique !"

Il joignit le geste à la parole et sortit une épée de son fourreau. Mais ce n'était pas n'importe quelle épée : c'était une épée maléfique.

Youka n'en montra rien, mais il réalisa qu'il aurait un peu de mal à gagner contre le seigneur des ténèbres armé d'une épée maléfique à la seule force de ses poings sans avoir pris de petit déjeuner.


***

Heureusement, quelque chose se produisit à ce moment-là. Derrière Sauron, le mur de la pièce vola soudain en éclat et une silhouette en jaillit et assomma le seigneur du mal.[/i]

"- Qui es-tu et pourquoi as-tu cassé mon mur ?, demanda Youka au nouveau venu, prêt à en découdre s'il le fallait.
- Je suis Batman et je t'ai sauvé la vie." Répondit Batman, car c'était bien lui.
- Je ne crois pas que tu m'aies sauvé la vie car je suis capable de me sauver la vie tout seul, répondit Youka. "Mais je te remercie de ton aide."
- Tu peux te sauver la vie tout seul..."
, répéta Batman pensivement, visiblement impressionné. Il semble réfléchir pendant quelques secondes puis, soudain parvenu à une décision, il s'écria :
"Youka ! Le monde est en danger. Les forces du mal sont passées à l'attaque. Le mal ne doit pas triompher. Toute aide est bienvenue."
- Je suis prêt à sauver le monde"
, répondit Youka. "Mais d'abord, il faut que nous déjeunions."

***

Youka le chercheur et Batman passèrent donc à table.



"- Cette confiture est vraiment délicieuse, Youka, dit Batman.
- Merci., dit Youka. C'est ma maman qui l'a faite avec les fruits du jardin."

Ils parlèrent ensuite de la guerre qui allait avoir lieu et de leurs séries télévisées préférées.
Batman fut impressionné par les connaissances de Youka le chercheur sur l'univers de Star Trek et promit de lire ses fan fictions à l'occasion.


"- Où allons-nous ensuite ?, demanda finalement Youka en s'essuyant la bouche.
- Dans la base secrète des méchants, répondit Batman avec gravité. Viens, je t'y emmène."

La Batmobile les attendait dehors.

"- Puis-je conduire ?, demanda Youka.
- Ok, répondit Batman. Youka je te préviens cela risque d'être dangereux, dit Batman en lui tendant les batclés de la Batmobile.
- Oui, très, reconnut Youka. Pour eux."

Il ouvrit la porte de sa maison et se retrouva nez à nez avec un vélociraptor.

"- Renonce tant qu'il en est encore temps, sinon tu en payeras les conséquences !, prévint le vélociraptor avec une voix de serpent.
- Si quelqu'un va payer des conséquences ici, c'est toi !, rétorqua Youka. Tu n'arriveras pas à me convaincre, autant parler à un mur !"

Pour être sûr d'avoir bien été compris, il agrippa le vélociraptor et le jeta contre un mur.

"- Attention Youka ce n'est pas n'importe quel vélociraptor, dit Batman, qui avait sorti sa batencyclopédie des vélociraptors de son batsac à dos.
- Si quelqu'un doit faire attention ici, c'est lui. Ceci, dit-il en frappant vigoureusement son torse musclé, n'est pas n'importe quel Youka."

Le vélociraptor se releva et s'enflamma soudain.

"C'est un vélociraptor de feu !, expliqua Batman, inutilement car Youka l'avait déjà compris grâce à ses connaissances en paléontologie. Et j'ai laissé mon batspray anti vélociraptor de feu dans ma Batmobile !"


Contrairement à une croyance populaire, les vélociraptors de feu ne sont pas faits en feu mais ont juste une peau enflammée (probablement grâce à des enzymes et des molécules).

Le vélociraptor incandescent brillait avec l'intensité de mille soleils, aussi Youka mit-il ses lunettes de soleil.

"J'espère que tu as des mouchoirs, dit-il au dinosaure, le visage baigné dans la lumière des flammes et les cheveux légèrement décoiffés par la brise provoquée par la chaleur (Youka, pas le vélociraptor : les vélociraptors n'ont pas de cheveux). Parce que je vais te taper !"

Youka décrocha alors un sabre japonais du mur et tua le vélociraptor d'un coup, en le découpant en petits morceaux.

"- Je suis soufflé, dit Batman.
- Lui aussi, on dirait, constata Youka en regardant le cadavre encore fumant du vélociraptor. On dirait que notre ami vient de s'éteindre."

Et il éclata de rire, bientôt imité par Batman.

***

Youka conduisit la Batmobile à une vitesse hallucinante mais respectueuse du code de la route à travers les rues, jusqu'à la base secrète des méchants. En chemin, il sauva aussi une vieille dame qui allait se faire attaquer par des bandits mais c'est une autre histoire.

"Attention Youka elle est bien protégée !, s'écria Batman. (Je parle de la base des méchants devant laquelle nous nous trouvons en ce moment, pas la vieille dame dont le narrateur omniscient parlait il y a deux minutes)", ajouta-t-il entre parenthèses au cas où Youka n'aurait pas compris.

Une grande grille bloquait en effet l'entrée de la base secrète, entourée de gardes armés de lance-roquettes.


"Je m'en occupe !", répondit Youka en appuyant sur l'un des boutons près du volant.

Des lance-missiles se déployèrent de part et d'autre de la Batmobile et atomisèrent les méchants en petits morceaux pas plus grands que des atomes.


"- Bien joué, dit Batman en souriant.
-Voilà ce que j'appelle atomiser !", répondit Youka le chercheur, qui n'était pas seulement très fort et très courageux mais aussi très savant.


Encore une victoire de la science !

Il arrêta alors la Batmobile en un dérapage contrôlé juste devant la porte d'entrée de la base secrète.

"J'y vais d'abord, dit-il. Fais le guet, tu risquerais de me gêner en m'accompagnant.
- Ok
, dit Batman. Fais attention à toi Youka !
- C'est à eux qu'il faut dire ça"
, répondit Youka en s'enfonçant dans l'obscurité de la base secrète des méchants.

***

Il faisait totalement noir à l'intérieur, mais Youka n'avait pas peur.
Il avança jusqu'à arriver dans une salle faiblement éclairée où se trouvaient des cellules, dans lesquelles se trouvaient des gens.


"Des gens enfermés dans des cellules", dit Youka. Je reconnais bien là les méthodes de Sarkozy des méchants."

Un rire aussi diabolique que robotique éclata soudain, et la lumière s'alluma.

"Bien deviné, Youka !, s'exclama Dark Vador de sa voix métallique. Maintenant, battons-nous !"

Ils sortirent tous les deux leurs sabres laser et se battirent. Dans leurs cellules, les prisonniers se mirent à acclamer Youka.
Son sabre croisa celui de Dark Vador, et ils se retrouvèrent face à face, à se regarder dans les yeux (sauf Dark Vador qui avait son casque).


"Ils veulent que je gagne." dit Youka en souriant.
"Pourquoi ?" demanda Dark Vador dont le cœur avait été corrompu par le côté obscur et qui ne comprenait plus l'amour et l'amitié.
Le seigneur sith était visiblement décontenancé, les paroles de Youka avaient introduit le doute dans son esprit.

Il avait légèrement baissé sa garde - il n'en fallait pas plus pour Youka le chercheur, qui en profita pour lui couper la main d'un coup de sabre laser.
"C'est la force de l'amitié." expliqua-t-il au manchot, en réponse à la question qu'il avait posé quelques lignes plus haut et que vous devriez relire si vous l'avez oublié. "Dark Vador," continua-t-il après que vous ayez relu la question et bien compris de quoi il était question, "tu as perdu de vue la lumière."
"C'est vrai." reconnut Dark Vador, qui venait de comprendre qu'il avait perdu de vue la lumière. "Youka le chercheur, j'ai changé d'avis. Le fait que tu m'aies coupé la main m'a ouvert les yeux. Je veux être quelqu'un de bien."



Youka l'observa quelques secondes pour s'assurer qu'il ne mentait pas puis, voyant la sincérité dans ses yeux à travers son casque, il répondit :
"Alors libère les prisonniers."
Dark Vador le fit avec sa main valide, puis dit à Youka :
"Merci, Youka le chercheur. Grâce à toi j'ai retrouvé la lumière."

Youka sourit.
"Appelle-moi juste Youka, Dark, car il n'y a pas de manières entre les héros du bien."
Dark Vador hocha la tête, puis ramassa son sabre laser, qui n'était plus rouge comme le mal, mais bleu comme le bien, et dit :
"Allons combattre les méchants ensemble !"

Les prisonniers sortirent de leurs cellules.
"Nous venons aussi." dit Indiana Jones à la sortie de la sienne.
"Oui." approuva le général Patton.
Léonardo la tortue ninja confirma d'un hochement de tête.
"Youka, tu nous as sauvés !" dit Julia Roberts.
"C'était très héroïque, je ne l'oublierai jamais." ajouta-t-elle avec de l'amour dans ses grands yeux.



"Alors allons-y". dit Youka en s'avançant dans l'obscurité.
Vers l'inconnu.
Vers un nouveau combat.

Vers le cœur du repère du mal.

***
(Tatataaaam à suivre !)


Youka

Simple touriste...


Dernière édition par Youka le Mer 15 Oct - 3:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Youka
Maître du Jeu/Admin Vagabond
avatar

Masculin
Nombre de messages : 54
Age : 32
Âge du personnage : Inconnu
Divinitée Protectrice : Némésis
Alignement : Neutre
Personnalité :
77 / 10077 / 100

Date d'inscription : 31/10/2007

Feuille de personnage
HP:
3500/3500  (3500/3500)
Mana:
0/0  (0/0)
Point d'expérience:
0/7000  (0/7000)

MessageSujet: Re: Un bain d'eau séant...   Mar 14 Oct - 22:32

(Tatataaaam, la suite !)
***

"Ils approchent du cœur du repère du mal" annonça le professeur Moriarty, qui suivait leur progression sur un écran de surveillance. "C'est-à-dire ici."

Godzilla, cyber-Hitler et Dracula se tournèrent vers lui, les yeux écarquillés.
Aucun d'entre eux ne voulait perdre la face devant les autres, mais ils ressentaient tous la même peur indicible à l'idée d'affronter Youka le chercheur et ses compagnons.

"Dans combien de temps seront-ils là ?" demanda Godzilla, tellement mal à l'aise qu'il en avait oublié de grogner au lieu de parler.
"Maintenant." répondit calmement Youka en entrant dans la salle.
Ses yeux brillaient de l'éclat de mille soleils et d'une froide détermination.

"Achtung !" dit cyber-Hitler en dégainant sa mitrailleuse Gatling favorite. "Il a ein sabre-laser !"
"Ceci," répondit Youka en lui tranchant les jambes. "C’est pour le mal que tu as fait !"
"Meine Beine !" hurla Hitler en s'effondrant.

"Tu as beau être mi-homme mi-machine tu es vraiment inhumain !" asséna Youka.



"Attention Youka !" cria Julia Roberts au bord des larmes, trahissant sans le vouloir son amour secret pour lui. "Derrière toi, Godzilla !"
Godzilla frappa Youka en traître, dans le dos, ce qui le projeta à terre. Plusieurs de ses os avaient été brisés sous le choc. Un homme moins courageux que lui aurait été écrasé par une telle douleur.
"Youka !" s'écrièrent simultanément tous ses alliés.

"Nos armes sont inefficaces contre ce monstre !" réalisa Indiana Jones en faisant claquer son fouet près de la patte de Godzilla.
"Oui." remarqua le général Patton.


Le dinosaure avança vers eux en grondant, visiblement disposé à les manger.
"Je hais les lézards !" s'écrièrent ensemble Indiana Jones et Léonardo.
"Oui." dit le général Patton.
"Youka, à l'aide !" cria Julia Roberts.

Malgré sa terrible blessure, Youka trouva la force de se relever en entendant ce cri.
"Godzilla !" s'écria-t-il. "Je ne te laisserai pas manger mes amis !"

"On s'occupe de Dracula, Youka !" dirent ses amis, certains qu'il allait vaincre Godzilla.
Youka s'avança vers Godzilla, bien déterminé à le faire mais, soudain, Sauron jaillit de nulle part et s'interposa entre eux :
"Bas les pattes, il est à moi ! L'heure de ma vengeance... a sonné !"
"Sauron !" dit Youka. "Reste en dehors de tout ça !"
"Oui." glissa le général Patton.

Quelqu'un arriva soudain en donnant un coup de pied à Sauron.



"Je vais le take care of him pour toi" dit le nouveau venu avec un clin d'œil complice. "Va battre le grand lizard, je sais que tu as le spirit du winner."
"Merci, mon petit Jean-Claude Van Damme." répondit Youka en lui tapant sur l'épaule.

Alors, enfin, il se tourna vers Godzilla.
"À nous deux, lézards de mes deux." dit-il.
Le combat fut bref et intense.
D'un coup de poing, Youka aplatit le museau de Godzilla et lui brisa les crocs, le rendant aussi inoffensif qu'un chihuahua de cinquante mètres de haut capable de dévaster des buildings rien qu'en s'appuyant contre eux.

"Ca t'apprendra à ne pas te brosser les dents." Conclut Youka le chercheur, qui mettait un point d'honneur à donner la morale à ses ennemis pour leur apprendre à devenir des gens biens.

***
Après avoir vaincu Godzilla, Youka se tourna vers le dernier de ses ennemis : le professeur Moriarty.
"Rien ne peut me toucher derrière cette barrière d'invincibilité" ricana ce dernier, qui avait une barrière d'invincibilité.
Youka essaya de l'attaquer mais dû reconnaître que c'était vrai : aucune de ses attaques ne semblait atteindre le génie du mal.
Ses coups de poing s'écrasaient à quelques centimètres du méchant contre une barrière invisible : la barrière d'invincibilité.

"Que puis-je faire ?" se demanda Youka, pris d'un doute soudain. "Mes attaques sont inutiles. Je ne pourrai jamais le vaincre !"

Cette remarque provoqua un flash back. L'image de son ancien professeur de physique lui apparut. Il avait une coiffure bizarre mais était gentil quand même.


"Utilise la Science, Youka."

"Youka !" dit son ancien professeur de physique qui avait une coiffure bizarre mais était gentil quand même. "Si jamais tu es en danger, n'oublie jamais ceci : l'énergie ne peut être ni créée ni détruite."


"Merci professeur Albert Einstein." Murmura Youka.
Il venait de comprendre que l'énergie de ses coups de poing ne pouvait disparaître- le bouclier devait forcément l'absorber d'une manière ou d'une autre.
En frappant suffisamment, sans doute pourrait-il dépasser sa capacité à absorber l'énergie.

"Mais que fais-tu ?" dit le professeur Moriarty en voyant Youka le chercheur redoubler d'effort dans ses coups.
"Oh non ! Des coups de poing, mon seul point faible !"
Son bouclier vola soudain en éclat et le coup suivant de Youka lui fracassa le nez et l'assomma.

"Comment as-tu fait ?" s'écria Julia Roberts, émerveillée.
"J'ai utilisé la Science." répondit Youka le chercheur avec modestie.

Ils se regardèrent dans les yeux puis s'embrassèrent très fort car leur amour était sincère et profond.

Soudain, des shurikens enforme de croix arrivèrent dans le dos de Youka qui s’interposa pour sauver la vie de Julia Roberts…
La douleur lui fit serrer les dents, tandis-que Julia émue aux larmes par le sacrifice du chercheur hurla de désespoir en découvrant les cruelles blessures de l’homme de sa vie…
Supportant la terrible souffrance, Youka se retourna pour faire face au cerveau de ce complot planétaire, le génie du mal incarné…Sa sainteté le Pape Benoit XVI !
-« FANTOMAS ! » S’exclama Youka que le déguisement papal ne pouvait berner…
-Tu m’as reconnu malgré mon déguisement parfait Youka le chercheur, je ne puis te laisser vivre…
-“Tous les méchants sont défaits » Dit Youka tandis-que Jean Claude Van-Damme achevait de défaire Sauron… « Rend-toi ! Le bien a gagné !»
Le faux Pape lâcha l'enfant de chœur à contrecœur et fit face à Youka, qui tremblait d'une rage difficilement contenue. Si cette rage avait pu être mise dans une boîte de conserve, sa date de péremption aurait été "dans cinq secondes", son couvercle aurait été gonflé comme s'il allait exploser et il aurait été écrit en grandes lettres rouge dessus : "déconseillé au pape de la phrase précédente".

«Youka le chercheur, je vais te tuer pour avoir foulé le sol de cette église en ayant mangé du bacon, en vertu de Marc 13:10 ».
« Il est 14h30 » corrigea Youka, puis il se mit en garde. « J'espère que tu as fait tes prières ! »

Le pape lança des shurikens en forme de croix dans la direction de Youka, qui les évita facilement et lui donna un puissant coup de poing dans le plexus solaire.
« Impossible tu devrais être mort » s'étonna Youka, qui aurait tué le pape s'il n'avait pas été surpris qu'il soit encore en vie.

« Ah ah ah », dit le pape en riant. Il tira un livre de sa poche, là où le coup l'avait atteint, et annonça : « Je garde toujours une Bible King James sur moi et un tract de l’empereur Graham. »

En entendant ce nom, la boîte de conserve qui contenait la rage de Youka explosa en répandant de la rage partout, à moins que cela n'ait été du sang (cela se passa très vite et le caméraman fut tellement impressionné que la scène est mal filmée et difficile à comprendre).

«Youka tu crois peut-être avoir gagné mais je suis quand même le Pape, grâce à toi je vais aller au paradis et me réincarner en ange » ricana Fantomas agonisant.
Il aperçut alors Jésus, penché au-dessus de lui, secouant la tête d'un air désapprobateur et dégoûté.

« Je pense que tu peux faire une croix dessus » répondit Youka, puis il topa la main de Jésus et partit faire un bowling avec lui (qu'il gagna).

"Allons faire un karaoké pour fêter tout cela." proposa Stephen Hawking en avançant son fauteuil roulant vers Youka et Julia Roberts. "J'ai invité Johnny Hallyday et j'ai acheté des chips."


Oh, Stephen, tu n'aurais pas dû !

Youka allait approuver mais, soudain, un vrombissement se fit entendre et quelqu'un apparut aux côtés de Youka le chercheur.

"Joli tir, petit." lui dit Han Solo en souriant.
Derrière lui, la silhouette du Faucon Millénium se découpait sur le soleil couchant, et Youka crut voir Elvis Presley le saluer amicalement depuis le cockpit.

"Le président de l'univers a été kidnappé par un dragon géant au service de Rastapopoulos. La galaxie a besoin de ton aide."
"Han j'ai déjà un karaoké de prévu." Expliqua Youka. "Quelqu'un d'autre peut pas le faire ?"

Han secoua la tête avec tristesse.
"On pense qu'ils ont eu Jésus et Superman."

Réalisant la gravité de la situation, Youka embrassa une dernière fois Julia Roberts avec passion et se tourna vers ses amis.
"La galaxie a besoin de mon aide, les gars. Le karaoké devra un peu attendre. Gardez-moi des chips, j'arrive dans une heure ou deux"

Puis il monta dans le Faucon Millénium et s'éleva vers l'espace infini.
Vers ses nouvelles aventures.
Vers son destin.


"Quel héros." soupira Julia Roberts.
"Oui." renchérit le général Patton.





FIN...


Youka

Simple touriste...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Youka
Maître du Jeu/Admin Vagabond
avatar

Masculin
Nombre de messages : 54
Age : 32
Âge du personnage : Inconnu
Divinitée Protectrice : Némésis
Alignement : Neutre
Personnalité :
77 / 10077 / 100

Date d'inscription : 31/10/2007

Feuille de personnage
HP:
3500/3500  (3500/3500)
Mana:
0/0  (0/0)
Point d'expérience:
0/7000  (0/7000)

MessageSujet: Re: Un bain d'eau séant...   Mar 14 Oct - 22:35

(Et pis logue !)
***

*........Or doncque Youka le chercheur émergea d'une bonne nuit de sommeil au coté de la troublante et pulpeuse reine des drows...*

-Aflablah..Huuh...hem...
-...
-Je toucherai plus jamais à la drogue, c'est décidé!
Ca me fait rêver de trucs trop horribles...Moi en boyscout...ça n'a pas de nom des immondices pareilles ! AAAAAARGH


*Puis se souvenant vaguement de la situation dans laquelle il se trouvait, le chercheur se décida à échafauder un plan d'évasion...Si possible sans trop de violence...

Une idée s'imposa rapidement à lui après un bref coup d'oeil sous les draps et il se décida à la mettre immédiatement en pratique*


-Ma reine! Oh querida mia!
-Le soleil vient de se lever...encore une belle journée...
(à vrai dire ça c'était du bluff, parce que va savoir quelle heure il peut être dans une foutue grotte...Tu le sais toi ?)

*Lui-susurra-t-il en s'efforçant de contenir à grand peine la lubricité évidente de ses pensées...*


Youka

Simple touriste...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un bain d'eau séant...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un bain d'eau séant...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» reportage en image de weris les bain ...............
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» BAIN MEC
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ? ] -Hentaï-
» [ Iles touristiques] La justice... Mais en maillot de bain !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le monde magique d'Arckalésia :: 
Neverwind Continent Elfique
 :: La cité-Etat de Menzoberranzan :: La Chambre de la Reine Drow
-
Sauter vers: