Forum RP Test/ Ne pas s'inscrire
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vaëlnorr, Le prix de la neutralité.

Aller en bas 
AuteurMessage
Vaëlnorr

avatar

Masculin
Nombre de messages : 4
Age : 32
Âge du personnage : Inconnu
Personnalité :
50 / 10050 / 100

Date d'inscription : 03/09/2008

MessageSujet: Vaëlnorr, Le prix de la neutralité.   Ven 5 Sep - 5:45

Nom : L'Inconstant

Prénom : Vaëlnorr

Surnom : Vaël

Race : Supposé Humain

Grade : (il vous sera donné par une administratrice)

Arme : Vaëlnorr possède deux épées. La première, qui répond au nom de Zi'el, est une arme d'une grande finesse. La lame à double tranchant est aussi pure que du cristal et aussi solide que le meilleur acier Nain. Elle fut forgée par Vaëlnorr lui même. Assisté par la puissante magie de Sia, il passa 1 mois dans un temple béni par la Lumière, l'acier le plus pur fut utilisé, et la lame fut trempée dans de l'eau bénite par Sia. Une fois la forge effectuée, Vaëlnorr grava sur la base de la lame deux runes (D'autres runes auraient affaiblit l'arme): celle du "Feu Purificateur" et celle de la "Lumière Éternelle". Ces runes furent conçues pour combattre les créatures maléfiques et semblent bruler d'un feu intérieur lorsqu'un tel être approche. Il faut savoir que plus l'adversaire est maléfique, plus les dégâts infligés par Zi'el sont importants.

La lame émet également une douce lueur blanche. La garde représente deux ailes d'ange dont la finesse de la gravure n'est égalée que par la pureté de l'argent dont elle est feuilletée. Le pommeau en argent est en forme de larme. La poignée est recouverte de cuir, souple et confortable. Vous l'aurez compris, Zi'el est une arme d'une valeur inestimable qui attise de nombreuses convoitises, surtout parmi les forces du Bien. Une légende raconte qu'elle contient l'âme de son défunt amour, mais personne n'as jamais put l'affirmer, de plus, lorsqu'on interroge Vaëlnorr à ce sujet il se contente de vous regarder, un mystérieux sourire au coin des lèvres...

Si Zi'el est l'incarnation de la pureté, Sa "jumelle", Ra'rrk, se situe à l'opposé. Alors que Zi'el est une création murement réfléchie et travaillée, Ra'rrk semble tout droit sortie d'un cauchemar ou de l'esprit d'un démon (ce qui n'est pas si éloigné de la vérité). Lorsque Vaëlnorr perdit la foi, il chercha un moyen de se venger de ceux qui l'avait trahit. Il commença par forger une arme simple : une lame fine dotée d'un seul tranchant légèrement recourbée au bout, sans garde, avec une poignée classique, sans fioriture. C'est ensuite Lys qui donna à l'arme sa forme définitive et son pouvoir. Vaëlnorr se contenta de lui demander d'insuffler à l'arme tous les sentiments que lui inspirait ceux qui avait tuée son ancienne Maitresse. Lys prit l'épée est parti pour la Forêt de la Mort.

Ce qui s'y passa là bas, personne ne le sait, mais lorsque l'Ange revint, l'arme avait changée, la lame avait prise une couleur noire, mate, qui semblait engloutir la lumière. Là ou aurait dut se trouver la garde, de longues et noires épines avaient "poussées", tels des doigts crochus dressés dans des positions anarchiques. La poignée avait revêtu un aspect rugueux et peu confortable, mais la prise de main était idéale, comme si la surface cherchait à épouser la forme de la main de son utilisateur, tout en laissant le sentiment désagréable que l'arme cherche à aspirer votre âme... Surtout vos pensées vertueuses. Quant au pommeau, c'était désormais un bouton de rose, d'une couleur sombre, proche du noir aux étrange reflets couleur sang. Au combat, l'arme, en dehors de son aspect dérangeant, est un sabre aussi vicieux que mortel : les blessures qu'elle inflige ne se referment pas, sauf par des soins magiques. Elle vibre d'une aura maléfique, pleine de peur, de haine, de violence, de tristesse... à tel point que plus son adversaire est Bon et Vertueux, plus l'arme est puissante.

Pour le combat à distance, Vaëlnorr possède une arbalète de poing d'une grande qualité, qu'il reçut un jour des mains d'une de ses conquêtes. Sans être magique, elle peut transpercer une armure a coutre distance mais sa petite taille affecte sa portée. Le corps de l'arme est recouvert d'ivoire sculpté. Les sculptures représentent des scènes d'amour aux accents chevaleresques et jamais vulgaires. Vaëlnorr à surnommée l'arme sa "petite Dame". On attribue cette arme au maitre Arbalétrier Jorgän le Roux, mais ce ne sont que suppositions.

Ce charmant arsenal est complété par une dague que Vaëlnorr hérita de son père : c'est une arme on ne peut plus banale qui à plus une valeur sentimentale (cela reste une arme et à se titre : mortelle).

Survivre en se tenant sur l'invisible et infime frontière qui sépare le Bien du Mal, serait impossible sans protection. Délaissant rapidement l'armure de plates qu'il utilisait dans sa jeunesse, Vaëlnorr entreprit de confectionner une armure à la fois solide et limitant le moins possible les mouvements. Pendant plusieurs mois, il imagina divers concepts, fit diverses expériences avant d'obtenir un résultat satisfaisant. Il sélectionna un cuir écailleux de dragon noir qu'il assouplit le plus possible pour le façonner. Il le renforça de clous de mithril et réalisa une doublure pour plus de confort. Il confectionna ensuite les brassards qu'il réalisa en mithril également auquel Sia, dans un caprice purement féminin, ajouta des plumes de corbeau. Les jambières de l'armure furent conçus de la même manières. Le résultat et à la fois résistant et souple même si il n'égale pas la protection de plaques d'acier...


Nom de l'entité
: Sia

Type de l'entité
: Lumière

Description physique de votre Sùrion : Sia est une Ange, Ses grandes ailes aux reflets rouge sang contrastent avec sa peau d'un blanc pur. Elle porte des pièces d'une armure Divine finement ciselé aux angles agressifs d'une couleur bronze. Mais cet attirail guerrier n'arrive pas a dissimuler ses formes parfaites : des courbes irréelles qu'on devine sous l'acier, au galbe de ses jambes à nul autre pareil. Ses cheveux d'un noir aile de corbeau, descendent en cascade jusqu'au creux de ses reins et sont telle un drapé de soie digne des plus grand seigneurs. Drapé de soie qui l'habille d'ailleurs sous son armure. Son visage témoigne d'une grande sagesse sans rien enlever à sa beauté. En revanche, ses yeux sont toujours voilés. Sia est aveugle et ne supporte pas que l'ont puisse voir ce qui reste de ses yeux qui jadis faisaient sa fierté : Deux lacs d'un bleu plus pur que celui de la mer des étoiles déchues... Sia a finalement appris a compenser cette perte, et perçois même désormais des choses qui ne sauraient être accessibles à ceux qui utilisent leurs yeux pour voir...

Si sa beauté est à couper le souffle, elle n'en reste pas moins une Sainte guerrière qui manie sa lance avec autant d'aisance qu'un simple bâton. Cette arme, dont le fer est en ivoire de dragon taillé, est extrêmement tranchant et, allié à la force et l'adresse de Sia, capable de décapiter un homme sans effort. Meurtrière mais coquette, elle aime se parfumer de jasmin et apparait toujours portant des bijoux (qu'ils soient dans ses cheveux, à ses oreilles, poignets, chevilles...) couteux et originaux.

Description morale du Sùrion :Dans sa jeunesse, Sia était l'incarnation de la bonté et de la vertu. Elle protégeait Vaëlnorr qu'elle admirait pour son courage et son sens de l'honneur. Mais la vie l'as changée, et, d'une personne douce et pleine d'amour elle est devenue un sorte d'incarnation froide et silencieuse de la justice de Vaëlnorr. Si elle ne parle pas beaucoup, elle sait en revanche écouter et rien de lui échappe. Ses rares réflexions sont toujours murement réfléchies mais souvent sarcastiques. Elle n'avouera jamais ne plus croire en les forces du Bien qui la gouvernait autrefois et personne n'as encore été assez fou pour l'asticoter sur ce sujet. Le plus étrange est que l'aura de la magie de la Lumière qui l'habite semble encore plus fort maintenant qu'elle ne sert plus le Bien. Elle utilise sa magie avec retenue, ne s'en servant qu'en ultime recours. Son caractère calme contraste avec celui de sa "jumelle", elle ne s'énerve que très rarement mais ses colères sont dévastatrices, à ces rares occasions elle est telle l'incarnation d'un jugement divin : sans pitié.




Description physique du Sùrion : Il est très difficile de confondre Lys et Sia, Lys a les cheveux d'un blond/roux soyeux qui attire le regard et captive l'attention de nombreux mâles. Ange déchue, elle arbore des aile d'une couleur aile de corbeau, rappelant la chevelure de Sia. Ces dernières sont souvent rabattues sur son corps l'enveloppant telle une cape. Sa peau claire est légèrement plus sombre que celle de sa "jumelle" mais la différence reste minime. Elle porte un vêtement "vivant" de velours noir. A la fois arme et armure cet étrange objet magique à la particularité de se modeler selon la volonté de Lys, recouvrant parfois tout son corps ou au contraire dévoilant tant ses formes agréables qu'elle ferait rougir une catin. Armure car si ce vêtement à l'apparence de la soie il est aussi solide qu'une cotte de mailles d'acier. Arme car c'est en modelant ses "gants" en forme de griffes extrêmement tranchantes qu'elle se bat. Ses griffes sont d'autant plus meurtrières qu'elles sont enduites de venin de scorpion, entrainant une lente paralysie chez l'adversaire.

Contrairement à Sia, Lys n'est pas aveugle et cache rarement son visage au traits fins et délicats. Ses lèvres pulpeuses sont une invitation à la luxure, et ses yeux verts aux reflets d'or peuvent acheter votre âme au moindre regard. Sa démarche est silencieuse et féline, toutes ses attitudes sont travaillées dans le but de séduire. Elle joue ce jeu même avec Vaëlnorr qui, après avoir été gêné dans un premier temps, participe souvent de bon cœur, feignant d'être attiré par son Sùrion.

Description morale du Sùrion : Lys est un séductrice, du genre prédatrice : sublime et mortelle. Certains la qualifierait de Succube mais Lys estime avoir beaucoup plus de "classe" qu'un vulgaire démon. Sa voix plus suave que le plus parfait des vins elfique ne prononce que des flatteries et des insinuations qui ferait chauffer les oreilles de n'importe quel démon de la luxure... Lys a l'air d'une femme pleine de vie et d'une simple "croqueuse d'homme", mais son véritable nature est tout autre. Complètement abattue par la mort de sa maitresse originelle, Lys à développer une haine pour tout ce qui vit et en particulier des humains et des elfes qui égale celle de la Grande Succube. Elle ne fait confiance qu'a Vaëlnorr et lui porte une affection toute particulière. Une chose est sûre, il à promit de la venger et la soif de sang de Lys ne sera étanchée que lorsque l'équilibre prôné par son maître sera atteint.



Description physique du personnage : L'apparence générale de Vaëlnorr semble en accord avec sa personnalité : ni franchement attirante, ni vraiment repoussante... Il se situe dans cette catégorie de gens qu'on ne remarque pas au premier regard mais qu'on découvre étrangement originaux lorsqu'on fixe son attention sur eux. Il porte soit son armure, soit des vêtements de voyages à la fois pratiques et discrets parfois accompagné d'une lourde pèlerine de chaude laine qui semble avoir connu des jours meilleurs. Athlétique, Vaëlnorr à le physique d'un homme rompu au combat et sa démarche est celle d'un homme qui connait sa force. Ses larges mains sont celles d'un maître épéiste.

Son visage, encadré d'une longue chevelure teinte en blanc est orné d'une barbe naissante ombrant ses joues. Ses yeux sont de couleur changeante allant d'un gris acier à un bleu/vert irréel. L'œil gauche est barré d'une grande cicatrice partant du front et se terminant sur la joue, le coup ayant occasionné cette blessure ayant miraculeusement épargner l'œil de Vaëlnorr. Son nez, cassé plusieurs fois, reste agréable à regarder comme ses lèvres qui ont rencontrés tant de femmes et de chopes... Sa voix est puissante et grave mais jamais désagréable, les rares personnes qui l'ont entendu chanter affirment qu'il est l'égal du grand barde elfe Layel Chantd'argent (surtout lorsque Lys l'accompagne à la viole et Sia à la flute). Pour résumer, Vaëlnorr a l'apparence d'un homme dans la force de l'age, marqué par de multiples combats à la démarche assurée.

Description morale du personnage :Il est très dur d'établir le profil psychologique de Vaëlnorr. En effet, un homme capable de se retourner contre ses alliés lorsqu'il juge qu'ils n'agissent pas en accord avec ses principes (voir tout simplement se retourner contre eux en plein combat juste parce qu'ils sont entrain de l'emporter) est dur à cerner. Il semble lunatique et rêveur et il n'est pas rare de le voir, le regard perdu dans le vague, à contempler lui seul sait quoi. Il est capable de passer d'une torpeur quasi léthargique à un état d'excitation et d'agitation extrême. Vaëlnorr apprécie les gens tempérés, au jugement réfléchit mais peut rapidement s'énerver face à des personnes aux avis tranchés et péremptoires. Avec le beau sexe il adopte une attitude de séducteur et ne boude jamais les plaisirs de la chair. Il apprécie également la concurrence qui pimente ce petit jeu, surtout lorsque l'adversaire est habile. Il serait pourtant dangereux de ne voir en lui qu'un dandy aux airs de guerrier car le pugilat et les combats de taverne n'ont aucun secret pour lui...

Sous ses airs de rêveur et de protecteur acharné de la neutralité, Vaëlnorr est malgré tout une personne qui aime la vie, même si il n'a plus vraiment foi en les créatures qui peuplent Arckalésia. Il aime les plaisirs de la table, comme les meilleurs alcools, joue aux dés, aux cartes, ne refuse jamais de fumer la pipe en bonne compagnie et arrive parfois à remettre à plus tard ses projets pour profiter d'une bonne compagnie. A moins d'être l'incarnation du Mal ou du Bien, il ne vous attaquera pas avant d'avoir put mieux cerner vos motivations. Perspicace, il estime savoir juger les gens mieux qu'eux mêmes. En général sa réputation le précède et nombreuses sont les rumeurs le décrivant comme fou et dangereux...




Techniques : (dés que vous aurez votre grade vous pourrez inscrire vos techniques).

Le nom de votre premier compte : Le profil parle de lui même... Smile

Voilà, j'ajouterai : bonne lecture, en espérant que ce personnage vous plaise et que malgré la petite entorse au niveau des Sùrions il soit accepté!

P.S : voila ma surprise Hito Wink


Dernière édition par Vaëlnorr le Ven 5 Sep - 21:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vaëlnorr

avatar

Masculin
Nombre de messages : 4
Age : 32
Âge du personnage : Inconnu
Personnalité :
50 / 10050 / 100

Date d'inscription : 03/09/2008

MessageSujet: Re: Vaëlnorr, Le prix de la neutralité.   Ven 5 Sep - 5:45

Histoire du personnage:
Je vais maintenant tenter de vous narrer l'histoire de Vaëlnorr de manière concise. Nombre de rumeurs et de légendes courent à son sujet et il est très difficile de faire le trie entre vérité et invention...

Commençons par le commencement... On sait peu de choses des parents de Vaëlnorr, son père était vraisemblablement un maitre forgeron ou un chevalier. Sa mère, prénommée Svanhilde était une femme du Nord vivant non loin des terres des Elfes d'Argent. Vaëlnorr avait un grande sœur du nom d'Isild. Svanhilde et Isild élevèrent le jeune garçon dans le respect des traditions, des préceptes de la chevalerie et dans la lumière des dieux du Bien. A l'époque Vaël passait de longues journées à écouter sa sœur en compagnie de Sia, l'ange qui naquit à ses cotés.

Très tôt le garçon se vit enseigner par son père le maniement des armes et l'art de la forge. Bien qu'il fut encore très jeune, son adresse à l'épée était connue dans toute la région et il s'entrainait régulièrement avec Sia qui, à l'époque, maniait le bâton.

Le jour de ses 12 ans (vraisemblablement), Sia partit pour Artésia ou elle intégra une école de théologie et de magie dans laquelle elle développa ses pouvoirs et enrichit sa foi. Malgré la distance, Vaël lui écrivait souvent et lui faisait part de toutes les aventures qui peuplait sa vie d'enfant. Mais cette enfance heureuse ne devait pas durer... L'automne suivant, les récoltes furent mauvaises et la famine menaçait...

Loin d'être nécessiteux les parents de Vaëlnorr ne s'inquiétait guère cependant et préparaient la venue d'un nouvel enfant, prévue pour l'hiver. Mais la famine et la maladie s'abattirent sur la région, tuant de nombreuses personnes et poussant les plus résistantes à s'organiser en bandes de pillards et d'esclavagistes... Les Drows profitant de ce chaos pour regarnir leurs cheptels. Une nuit, la résidence des parent du garçon fut attaquée... Vaël connut son premier bain de sang.

Citation :
"C'est pour tenter d'exorciser les visions qui me hantent que j'écris ces mots. Je n'ai pas oublié cette nuit, jamais je n'oublierai le gout du sang sur mes lèvres, ou les cris de ma sœur et de ma mère... Lorsque la porte vola en éclat je me tenais à coté de mon père, une épée à la main alors qu'il brandissait un cognée. Tout se passa alors très vite, les cris d'un bandit tombant sous mon fer, l'éclair de douleur fulgurant lorsqu'un homme me lacera les cotes de sa dague, le corps encore chaud de mon père s'écroulant juste à coté de moi, la gorge tranchée alors que la cognée gisait, plantée, sur un tas de corps... Un nouveau coup à la tête et ce fut le trou noir. Le vide, qui lentement fait place aux cauchemars, à la souffrance, puis, au réveil, vient un sentiment de perte effroyable. Car mon père, et Landwald son Sùrion, était morts. Ma chère sœur avait été enlevée, pour une destination que je n'ose encore imaginer aujourd'hui. Ma mère ne dut son salut qu'a l'intervention de son Sùrion qui l'aida a prendre la fuite, la portant de ses ailes de feu. C'est elle, et Sia, qui me veillèrent alors que je luttait entre la vie et la mort, incapable de me réveiller, comme plongé dans un mare de goudron sans fond, incapable de respirer, ou même de savoir de quel coté et la surface...

Sia, qui pleura tant et tant de larmes alors que ma mère sombrait dans le désespoir, maintenue en vie par la seule volonté de mettre ma petite sœur au monde..."

A son réveil, Vaëlnorr pleura longtemps, accompagné dans son chagrin pas Sia. Mais il dut rapidement faire son deuil car bientôt, Svanhilde accoucha et mit au monde un charmante petite fille qu'ils nommèrent Eldrid. Pour combler le manque d'argent occasionné par le décès de son père, Vaël dut travaillé, pendant 3 ans il fut l'apprenti d'un forgeron. La famine ne dura pas, et bientôt, les bandes de hors la loi furent traquées sans relâche. Le garçon participa autant qu'il put et s'engagea dans la milice de la cité. Sia et lui contribuèrent grandement à "éradiquer le mal qui s'était insinué dans la région". Ses faits d'armes lui valurent d'être repéré par une troupe d'aventuriers qui l'enrôlèrent comme bretteur et Sia devint la guérisseuse et guide spirituel du groupe.

A 16 ans, Vaëlnorr découvrit donc la vie d'aventurier, ses joies et ses peines... Pendant deux ans il parcouru le monde.

Citation :

"Ma chère mère,

J'espère que l'or qui accompagnait cette lettre est bien arrivé. L'homme à qui je l'ai confié est un homme droit que m'a recommandé Niël, le chef de notre compagnie. Nous sommes actuellement en Lothlorien, ou nous accomplissons une mission pour la reine des Elfes Sylvains en personne. Sia va bien également même si elle est légèrement triste de nous voir tuer autant de gens. Mais nous faisons ça pour le Bien et les monstres que nous abattons ont tous mérité leur sort. Lors de notre dernier passage à Artésia, nous avons engagé une jeune mercenaire du nom d'Essia qui manie la magie du feu mieux que personne. Elle a le même age que moi et je dois avouer que je ressent plus que de l'amitié pour elle. Ce sentiment semble être réciproque et j'espère pouvoir te la présenter bientôt. Son Sùrion, Lys est une Ange d'une grande beauté et elle et Sia s'entendent à merveille même si leurs convictions les opposent souvent.

J'ai hâte de rentrer, Eldrid à dut grandir! Elle me manque. Donnez moi de vos nouvelles très bientôt, tu pourra envoyer ta réponse à l'endroit habituel. Prend soin de toi et ne gâte pas trop Eldrid!

Que la Lumière vous garde! Je vous aime,

Vaël.


Cette lettre fut écrite peu avant qu'Essia et Vaëlnorr ne deviennent intimes. Leur idylle semblait parfaite, et les autres membres du groupe, plus âgés, les regardaient d'un air bienveillant. La compagnie vécue de nombreuses aventures qu'il serait trop long de vous narrer ici. Au bout d'un an de vie commune, Essia tomba enceinte et le couple décida de s'installer chez la mère de Vaël pour mettre leur enfant au monde. C'est durant cette période que Vaël forgea Zi'el. Eldrid passait son temps à jouer avec Lys et Sia qui la chouchoutait honteusement. Ils reçurent deux fois la visite de leur ancienne compagnie ce qui donna lieu à des fêtes mémorables.

Un matin la maison résonna des cris d'un nouveau né. Phaër était né, le fils d'Essia et Vaëlnorr. L'enfant faisait la fierté des jeunes parents, mais bientôt, tout deux ressentirent le besoin de repartir à l'aventure. Lorsque le petit Phaër fut sevré, le couple entreprit de rejoindre leur ancienne compagnie qui parcourait toujours le monde, chassant le mal là ou il se trouvait. Lorsqu'il partirent, Eldrid avait alors 7 ans, il laissèrent à Svanhilde une somme d'argent conséquente et la promesse de revenir bientôt.

La troupe mis alors une dangereuse expédition sur pieds. Vaël, qui n'avait jamais oublié sa sœur ainée, poussa le groupe à partir à la chasse aux esclavagiste, au plus profond de l'Ombreterre. L'expédition, dont on ne sait pas grand chose, semble n'avoir été qu'une suite de combats et des courses poursuites effrénées dans les méandres du pays des Drows. Tantôt chasseurs, tantôt chassés, le groupe essuya de nombreuses pertes, et, après avoir réduit à néants quelques groupes d'esclavagiste, les compagnons acquirent la certitude qu'Isild, si elle était encore en vie, ne se trouvait plus en possession des Drows. Épuisés, démoralisés, ils prirent le chemin de la surface afin de panser leurs blessures, physiques comme mentales.

Alors qu'ils approchaient de la surface, ils tombèrent sur une scène qui retourna leurs estomacs déjà malmenés. Une caravane Drows était attaquée par une par un bataillon de paladins de la Lumière. Pensant d'abord trouver de l'aide, le groupe déchanta vite. Les Drows n'étaient pas armés et les guerriers du Bien massacraient joyeusement et sans distinction tous les Elfes Noirs. Lorsque Essia vit un enfant se faire faucher par un carreau d'arbalète, son sang ne fit qu'un tour. Vaëlnorr tenta de la retenir, mais les paladins, apercevant le groupe chargea : le groupe en avait trop vu, et quiconque hère dans les tunnels des Drows était considéré comme une engeance maléfique par ces soit disant nobles guerriers.

Lys, qui tenait Phaër ne put intervenir. Le combat fut long et héroïque mais les paladins étaient plus nombreux et dans un meilleur état de santé. Un par un, Vaël vit ses compagnons tomber les uns après les autres. Sia, qui tentait de protéger Lys et l'enfant fut capturer par les hommes du Bien. Alors que Essia, Niël et Vaëlnorr formait le dernier carré et combattaient avec l'énergie du désespoir, un cri retenti : un homme tenait le nourrisson dans ses gants d'aciers alors que Lys gisait, baignant dans son sang. Horrifiée, Essia tenta de rejoindre son Sùrion, elle ne vit jamais l'arbalétrier qui, d'un trait d'un précision meurtrière transperça sa douce poitrine. On dit que le hurlement que poussa alors Vaëlnorr résonne encore dans les couloirs de l'Ombreterre. Comme possédé, il chargea les paladins qui ne s'étaient pas encore retirés avec leurs captifs, les éliminant l'un après l'autre.

Citation :
"Cette nuit où nous avons côtoyé l'enfer... Je me souviens... lorsque Essia fut fauchée par un carreau, Vaël devint fou... Il massacra à lui seul dix chevaliers aguerris en armure de plates! L'arbalétrier qui tentait de se retirer reçu la dague de Vaël dans la nuque et s'effondra à son tour. Alors qu'il agonisait, Vaël le décapita froidement. Un silence de mort tomba dans la grotte. Essia avait rampé jusqu'à son Sùrion mais avait perdue connaissance et c'est bien Lys qui la tenait dans ses bras en pleurant... Vaëlnorr pleurait lorsqu'il se laissa tomber à genou près d'elle. Quant à moi je suis resté figé, incapable du moindre mouvement. Mais ce qui se passa ensuite... Je ne sais... Je ne comprend toujours pas ce qu'il s'est passé..."

Extrait de "Mémoires", par Niël Baldrsson.



Ce qui se passa ensuite... Vaëlnorr ne le raconta qu'une seule fois à sa sœur et à sa mère. Cette dernière raconta à un voyageur à peu près ceci :

Essia ouvrit alors les yeux et un pale sourire se dessina sur ses lèvres, d'une voix faible et déclara : "Prend soin de Lys, je ne saurais supporter que sa vie finisse en même temps que la mienne..." Vaël et Lys tentèrent de protester mais la mourante, sera, d'une poigne mal assuré, leurs deux mains et murmura : "Taisez vous, je sais que je vais mourir, mais toi mon amour, que te restera t'il de moi lorsque je ne serais plus?" a l'attention de Lys elle ajouta : "Toi qui est plus qu'une sœur, protège l'être que j'aime. Je t'en supplie, fait le pour moi..." Les deux autres dirent rien, les larmes qui coulaient sur leurs joues étant assez éloquentes. Vaël sentit alors que le lien de Lys lui était transféré, par quelle magie, il ne sut le dire, c'était comme la sensation de recevoir en soi la vie d'un être supplémentaire. Les émotions de Lys tourbillonnèrent un moment dans sa tête avant de s'éclipser. Le souffle d'Essia se fit de plus en plus court : plus rien ne la rattachait à la vie.

Avant de partir elle souffla "Prenez... soin... de Phaër... mon amour..." Vaëlnorr berça celle qu'il aimant jusqu'à son dernier souffle, ne cessant de lui répéter qu'il l'aimait. Lorsque tout fut fini, Ni Lys ni Vaël n'avait encore de larmes pour la pleurer. Fermant délicatement ses paupière et l'allongeant sur sa cape, l'homme se redressa. Les survivant purent ensuite enfin sortir, ils n'échangèrent pas un mot avant d'être arrivés dans un lieu relativement sur ou ils purent se reposer. Niël resta avec Vaëlnorr et Lys tout le temps que dura leur deuil, ami silencieux, il les aida à inhumer la dépouille d'Essia au pied d'un saule centenaire. Il grava ensuite sur une pierre ces quelques mots :

Citation :
Ici repose Essia du Val des vents,

Assassinée par de prétendus parangons d'honneur et de vertu.

A jamais tien : Vaëlnorr.


Peu à peu la douleur fit place à la colère. Vaëlnorr et Lys développèrent alors un haine de tout ce qui est Bon digne des plus maléfiques Sans-Maîtres. C'est dans ses circonstances que Vaël forgea Ra'rrk que Lys enchanta. Ils partirent ensuite, accompagnés par Niël sur les traces de Sia et Phaër que Vaëlnorr savaient toujours en vie. Au cœur d'une nuit sans lune, dissimulés par les Ténèbres de Lys il pénétrèrent dans une des cauchemardesque prison de la Sainte Inquisition. Dans la plus glauque des cellules ils découvrirent Sia, elle avait été torturée et avait perdue la vue ; sa foi l'avait quitté et elle ne voulait plus voir ce monde horrible qui l'avait trahit. Il quittèrent ce lieu maudit sans avoir put retrouver la trace de Phaër. Plus tard, Vaëlnorr revint bruler jusqu'au fondation la prison, mais pour l'heure une seule pensée l'occupait : retrouver son fils.

Les années passèrent sans qu'il ne puisse retrouver trace de son enfant. Tous les suppôts de la Lumière qu'il interrogea, du simple mercenaire au grand inquisiteur ne purent lui révéler ce qu'il était advenu de son fils. Vaëlnorr Sia et Lys vécurent de nombreuses aventures durant cette période qu'il serait bien trop long d'énumérer ici, mais elle ne firent qu'accroitre leur conviction que ni le Bien ni le Mal ne devrait régir le monde : un monde ou rien n'est blanc ou noir mais au contraire constitué d'une infinie palette de gris. Devenu une sorte de "mercenaire de la neutralité" Vaël vit de ses talents de bretteur tout en tentant de rendre au monde un équilibre qu'il a depuis longtemps perdu.

Mais cette histoire est loin d'être finie et ces trois là continue de l'écrire, eux qui connaissent le prix de la neutralité...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heraldic

avatar

Masculin
Nombre de messages : 292
Age : 31
Âge du personnage : 100
Personnalité :
35 / 10035 / 100

Date d'inscription : 02/01/2008

Feuille de personnage
HP:
0/0  (0/0)
Mana:
400/400  (400/400)
Point d'expérience:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Vaëlnorr, Le prix de la neutralité.   Ven 5 Sep - 23:42

Mais qui se cache derrière ce sombre aventuier ?
Moi je sais et je ne dirais rien ^^. J'ai tout bonnement reconnu ta petite faute signée (une sans e)

Ben quand tu ponds une bonne histoire, tu ne fais vraiment pas semblant Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dragonfly-rp.com
Hitoki
Maître du Jeu/Fondatrice
Maître du Jeu/Fondatrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 476
Age : 33
Âge du personnage : 150 ans
Alignement : Eau
Personnalité :
55 / 10055 / 100

Date d'inscription : 05/08/2007

Feuille de personnage
HP:
2000/3500  (2000/3500)
Mana:
4000/6000  (4000/6000)
Point d'expérience:
7000/7000  (7000/7000)

MessageSujet: Re: Vaëlnorr, Le prix de la neutralité.   Sam 6 Sep - 12:54

Rebienvenu ici mon loulou. Very Happy

Comment je t'ai reconnu, à tes petits mots en bas, ma surprise. *A pris note de s'en souvenir par msn. Poisson mais pas toujours Very Happy*

Très jolie présentation. Il y a pas à dire, tu fais d'énorme progrès et j'adore ça *o*.

J'ai hâte de voir ton second personnage à l'oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aedenia.forumactif.org/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vaëlnorr, Le prix de la neutralité.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vaëlnorr, Le prix de la neutralité.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Remise des Prix à la VBM
» L'amitié n'a pas de prix...(PV : Petit Lagon)
» Un Prix Nobel Controversé, mais pas Embarrassant
» Prix du petrole a travers le temps
» Liste et prix des équipements communs et rares.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le monde magique d'Arckalésia :: 
Général
 :: Présentation des Âmes.
-
Sauter vers: